[Témoignage] Lyon en bande dessinée

13 janvier 2017 Témoignages

Si on vous parle de bouchons, de traboules et de Beaujolais, pas de doute, vous êtes bien à Lyon. La ville inspire. La preuve en image avec le mensuel "Les rues de Lyon" qui retrace son histoire sous formes de bandes dessinées. Les auteurs, indépendants et engagés nous ouvrent les portes de leur maison d'édition. Inédit et original, le format séduit... et pas que les Lyonnais.


epicerie3


Bonjour, comment en êtes-vous venu à l’illustration de bandes dessinées ?

Notre association “L’Épicerie Séquentielle”, a été créée en 2004 dans le but de permettre aux auteurs lyonnais de se rencontrer, d’échanger, pour éviter le “chacun chez soi” et le “chacun pour soi”. C’est seulement en 2015 que nous avons décidé de faire évoluer notre structure pour faire de l’édition.


Quelle est la philosophie, l’esprit de vos différentes créations ?

Dans l’édition traditionnelle de bandes dessinées, les auteurs touchent environ 8 à 10% du prix du livre. Difficile de vivre de ce métier dans ces conditions. Nous avons donc choisi de devenir nos propres éditeurs et de faire de l’auto-édition collective, participative et solidaire. Tout le travail qui consiste à fabriquer le livre, le vendre, le distribuer et le promouvoir est fait par l’ensemble des membres du collectif, bénévolement. Nous ne nous rémunérons que sur les ventes des ouvrages, mais avec un pourcentage qui monte à 33%.

Nous avons démarré par le lancement d’un journal mensuel de 12 pages, “Les Rues de Lyon”, qui propose tous les mois un récit complet en bande dessinée. Une anecdote de l’historique lyonnais, réalisé par un auteur lyonnais, imprimé et vendu sur Lyon ou par abonnement. C’est de la bande dessinée en circuit court !

Notre association regroupe près de 70 personnes, nous travaillons par groupes de travail, sans hiérarchie, en auto-gestion. Notre projet est à la fois une opportunité de se réapproprier notre travail et aussi une occasion de se rééduquer au “travailler ensemble” dans un structure horizontale. Comme personne n’est le supérieur de personne, personne ne peut avoir l’ascendant sur personne et nous réglons les problèmes collectivement. Ça demande de la patience et de la bienveillance mais depuis deux ans ça marche.


Epicerie2


Qui sont vos clients ?

Pour la plus grande partie, nos clients sont des lyonnais, attirés par les histoires que nous racontons, par l’objet que nous proposons (un fascicule de 12 pages, un récit complet, vendu 3€). Ce ne sont pas majoritairement des lecteurs de bande dessinée, mais principalement des curieux de l’histoire locale. L’autre partie de cette clientèle est composée de nos abonnés (plus de 600 aujourd’hui), qui sont souvent des lyonnais expatriés.


Comment vendez-vous vos BD ?

Nous avons une cinquantaine de points de vente sur Lyon et ses alentours que nous livrons nous même avec nos petits bras. Nous vendons également beaucoup dans les festivals et autres événements culturels de la région. Nous diffusons aussi sur toute la France et à l’étranger par les abonnements. Nous permettons aussi l’achat des anciens numéros par envoi postal mais nous n’avons pas encore de véritable boutique en ligne. C’est un de nos prochains chantiers.


Comment peut-on vous trouver ? Avez- vous des liens ou adresses à donner ?

Nous avons un site internet à l’adresse suivante : www.epiceriesequentielle.com où toutes les infos nécessaires pour se procurer des numéros sont fournies.

Comment voyez-vous l’évolution de votre activité, à terme ?

Nous avons vendu près de 80 000 exemplaires de nos journaux en deux ans, les deux tiers des numéros publiés ont déjà été réédités (chaque numéro est tiré à 3000 exemplaires à sa sortie), nous sommes donc très satisfaits de ce démarrage. Pour la suite, nous travaillons sur de nouveaux projets éditoriaux, d’autres publications collectives (pour la jeunesse notamment) et des projets individuels. Nous prenons notre temps pour mettre au point ces nouveaux projets pour éviter de trop nous disperser et pour consolider notre structure.

Parmi toutes les offres existantes, pourquoi avoir retenu Smile&Pay ?

Lorsqu'on est entrepreneur, les banques ne nous suivent pas forcément. C'est une vraie chance d'avoir des sociétés comme Smile&Pay qui acceptent d'être à nos côtés et nous suivre, dès nos débuts. Et d'un point de vue financier c'est d'autant plus intéressant qu'il n'y ait pas d'engagement qui nous plombe alors qu'on commence à peine. Enfin, j'aime beaucoup l'accueil et la disponibilité du personnel.


Epicerie1


Pourquoi avez-vous décidé de vous équiper d’un lecteur de cartes bancaires ?

Nous sommes souvent présents sur des festivals de bande dessinée pour vendre nos ouvrages et ne pas pouvoir accepter la carte bancaire est un véritable handicap.


Qu’est-ce que cela vous apporte en plus ?

Sur un salon ou un festival, il y a rarement de distributeur de billets. L’éditeur qui ne prend pas la carte bancaire risque de manquer beaucoup de ventes. C’est près de la moitié de nos transactions qui se font par ce biais aujourd’hui.


Et pourquoi Smile&Pay ?

Nous sommes présents sur une dizaine d’événements chaque année et ce n’est qu’en ces occasions que nous avons besoin d’un appareil de ce genre. Nous voulions quelque chose de simple, utilisable par plusieurs personnes, sans abonnement. Nous avons fait quelques recherches sur internet et quand nous avons découvert qu’il en existait un français qui semblait être apprécié par pas mal de monde, nous avons décidé de tenter le coup. Et nous devons bien admettre que ça fonctionne parfaitement.


Enfin, qu'est ce qui vous donne le smile dans votre vie, en général ?

Toutes les initiatives liées au développement social et solidaire. Nous sommes nombreux à découvrir qu’il existe d’autres manières de travailler, avec d’autres valeurs que l’enrichissement personnel. Ce que notre aventure nous apporte à l’Epicerie séquentielle, ce sont des amitiés fortes, des projets enthousiasmants, un sentiment de sécurité grâce aux liens solidaires qui nous tiennent. Ça donne du sens à notre métier, ça nous fera de beaux souvenirs. Ça n’a pas de prix, ça n’est pas délocalisable, ça ne s’achète pas même avec tout l’or du monde.


Vous aussi, encaissez vos clients de façon simple et ludique avec votre lecteur de carte bancaire Smile&Pay.

Catégories

Smile&Pay

L'encaissement par carte accessible à tous

En savoir plus
Startup Française