Commissions d’encaissement des cartes bancaires : Comparez les coûts complets

01 octobre 2015 Générale

Vous êtes équipés d’un terminal de paiement et vous acceptez les paiements par carte bancaire, ou vous réfléchissez à vous équiper pour démarrer votre activité ou pour résoudre vos soucis de traitement des espèces et d’encaissement des chèques, et pour offrir à vos clients une facilité supplémentaire qui peut améliorer vos ventes.

Cette décision étant prise, reste à choisir le fournisseur avec lequel vous allez travailler.

Contrairement aux apparences, ce choix n’est pas trivial et vous devrez considérer plusieurs facteurs avant de prendre votre décision.

calculer les couts complets

Souvent, en premier lieu, voire comme seul critère, vous allez vous focaliser sur la Commission qui sera prélevée sur chaque opération de paiement.

Cette sensibilité se comprend : il est psychologiquement difficile de ne pas percevoir 100% du prix de sa prestation ou du produit (sans parler des marges quelquefois très serrées de nombreuses professions), surtout si l’on considère que les encaissements par chèque ou en espèces sont gratuits (Attention toutefois à cette idée fausse que nous clarifierons dans notre prochain billet).

Par ailleurs, c’est l’élément généralement mis en avant par tous les prestataires. Par conséquent une proposition de commission à 0,8 % sera particulièrement tentante, spécialement par rapport à une offre à 2% comme celle de Smile&Pay.

Pourtant, faites attention. Les apparences sont parfois trompeuses. Ne vous arrêtez pas au prix d’appel.

Les services financiers sont comme les autres activités économiques; il existe des prix d’appel (regardez les publicités pour les banques en ligne par exemple) et ils "cachent" toujours des contreparties. C’est une approche commerciale bien naturelle de la part des fournisseurs de solutions : c’est donc à vous de faire une analyse éclairée des offres par rapport à votre situation.

Pour cela un seul mot d’ordre : Pensez au coût complet !

Sans entrer dans un niveau de complexité disproportionné, vous devez au moins considérer 4 facteurs :

La location de l’équipement

Pour accepter des paiements par carte en mode proximité (c’est à dire avec la présence de la carte et la composition par le porteur de son code confidentiel qui vous garantit d’être payé), vous avez besoin de disposer d’un Terminal de Paiement Electronique. Il existe un grand nombre d’équipements présentant diverses caractéristiques que vous pouvez acheter ou louer auprès de votre banque ou d’un prestataire spécialisé.

On peut trouver un terminal fixe de dernière génération, sans pinpad (le client tape son code sur le clavier commerçant ce qui n’est pas très pratique pour un terminal posé sur un comptoir) à partir de 260 € H.T. environ.

Plus l’appareil est mobile, compact et puissant, plus il est relativement coûteux. Ainsi un terminal mobile 3G coûte environ 600 € H.T..

Une location auprès d’un établissement bancaire ou d’une société spécialisée vous reviendra, selon la stratégie commerciale, la durée du contrat (36/48 mois) et le type d’appareil, entre 15 et 30 € H.T. par mois. Il est juste de noter que ce coût intègre la livraison, éventuellement la mise en service sur place ou à distance et un certain support (variable selon les fournisseurs). Il faut donc étudier attentivement la proposition, d’autant qu’en cas de résiliation anticipée, vous serez redevable d’une pénalité en fonction de la durée résiduelle du contrat.

Les coûts de télécommunication

Mais cela ne suffit pas : votre appareil doit se connecter aux réseaux bancaires pour pouvoir recevoir ses paramètres de fonctionnement (par exemple les plafonds d’appel, les listes de cartes en opposition …) puis pour pouvoir faire des demandes d’autorisation (au delà d’un certain montant de transaction) et pour transmettre en fin de journée les opérations réalisées (la télécollecte).

Soit votre terminal se connecte par le réseau téléphonique commuté (une ligne téléphonique classique) et vous allez donc supporter sur votre facture téléphonique des coûts de connexion au réseau monétique (9,4 centimes H.T. par demande d’autorisation et par télécollecte).

Si vous utilisez une connexion par box ADSL, vous devez souscrire un abonnement spécifique forfaitaire (autour de 10 € par mois). Un grand opérateur de réseau inclus ce forfait dans la location des terminaux pour ses clients Box ADSL.

Enfin, si vous utilisez un terminal connecté en GPRS/3G, vous devez disposer d’un abonnement monétique particulier. Une carte SIM classique, même avec un forfait data, ne permet pas de se connecter aux accès Monétique. Le coût d’un tel abonnement est de l’ordre de 15 à 20 € H.T par mois selon les caractéristiques. La durée est de 24 à 36 mois. Il est souvent prélevé d’avance par trimestre.

Dans les 2 derniers cas (Box ADSL et GPRS/3G), le coût est indépendant du volume de transactions que vous réalisez.

La commission fixe par transaction (en plus du variable)

De nombreux acquéreurs proposent une commission purement variable. Par contre, certains proposent une commission constituée d’un montant fixe et d’un montant variable en pourcentage du montant de l’opération. Ne vous laissez donc pas abuser par une commission à 0,20 % si on vous y adjoint un montant fixe de 15 centimes. Certes, en apparence, le pourcentage variable est modeste, mais au total une telle offre vous reviendra plus chère qu’un taux de 1% pour toutes les ventes inférieures à 18,75 €. Si vous vendez des sacs de luxe, pas de débat; pour des courses de taxis, ou des ventes plus modestes, la question mérite d’être posée.

Le minimum de perception

Dans la même logique, les établissements qui affichent un taux sans partie fixe (par exemple 0,7%) prévoient en général un minimum de perception (par exemple 0,12 €). Ceci signifie que le coût supporté pour une transaction de 15 € ne sera pas de 10,5 centimes mais de 12 centimes, soit un taux réel de 0,8 % (Soit 14,3 % plus cher qu’en apparence).

Il ne s’agit pas ici de contester cette structure de facturation, mais simplement d’attirer votre attention sur les conséquences qui peuvent avoir des impacts différents selon la nature et la taille de votre activité.

Enfin, vérifiez les conditions appliquées aux cartes étrangères si vous prévoyez d’en encaisser. Les taux appliqués peuvent être différents du taux appliqué aux cartes françaises, et européennes, car les coûts pour la banque sont plus élevés (notamment du fait de l’interchange).

Pour finir, n’oubliez pas que les terminaux "classiques" utilisent des rouleaux de papier thermique. Le coût est de l’ordre de 0,50 € par rouleau, soit environ 1 centime par transaction. Il est juste de rappeler que certaines banques intègrent la fourniture de ce consommable dans leur forfait de location. Ce point est à vérifier de même que les conditions d’assistance téléphonique et de maintenance du matériel (panne, mise à jour de logiciel …).

Tout cela semble donc bien compliqué et décourageant.

Pour illustrer les éléments ci-dessus, voici un exemple qui résumera la différence entre le coût apparent et le coût réel.

Supposons un acteur économique (petit commerçant, artisan, autoentrepreneur …) qui prévoit d’encaisser chaque mois environ 1.500 € d’opérations par cartes bancaires, avec un ticket moyen de 25 € et comparons la solution Smile&Pay avec 2 offres de type bancaire (que nous avons créées ex nihilo mais qui correspondent à des réalités du marché)












































































Smile&PayActeur AActeur B
Fixe RTCMobile GPRS
Location du TPE02025
Télécommunications0315
Commission Fixe00,100
Commission Variable2 %0,3 %0,6 %
Total Commission30 €10,50 €9 €
Total Coût Monétique30 €33,50 €49 €
Taux Réel2 %2,23 %3,26 %

Alors comparez !

Et pour vous aider, n’hésitez pas à nous contacter pour une simulation et visitez notre site www.smileandpay.com.

Bonnes ventes à tous.

Catégories

Smile&Pay

L'encaissement par carte accessible à tous

En savoir plus
Startup Française